SAVE THE DATE : EquiTerre France à Clermont Innovation Week

Le mercredi 25 avril et le samedi 28 avril save the date : le projet d’ouverture d’un lieu de consommation responsable d’EquiTerre France a été retenu pour participer à la première édition de Clermont Innovation Week !

Du  23 au 27 avril  les acteurs retenus comme innovants sur le territoire auvergnat seront présents pour sensibiliser le public à la culture de l’innovation ainsi que pour permettre une mise en réseau des acteurs afin de valoriser le territoire.

Le 25 avril EquiTerre France et les partenaires  du projet (CRESNA et Secours Catholique ) seront présents autour de deux temps forts :

Le matin (sur invitation) :

  • présentation du projet
  • consultation et workshop collabratif avec les présents

 

L’après midi, ouvert au public:

  • parcours d’ateliers et animations avec le public proposé par EquiTerre France et ses partenaires.

Pour découvrir le programme précis des ateliers du mercredi 25 avril cliquez ici

Rdv le mercredi 25 avril de 9hà 12 et de 14h à 17h à l’Espace Renan, rue Ernest Renan à Clermont Ferrand (derrière place de Jaude).

Venez nombreux découvrir ou suivre l’évolution de notre projet qui s’approche chaque jour plus de la concrétisation!

 

Toujours dans le cadre de la Clermont Innovation Week,  le samedi 28 avril EquiTerre France sera également présente sur une deuxième journée dédiée au projet « Bebe épicé », projet porté par le CRESNA qui s’inscrit dans le projet du lieu de consommation responsable porté par EquiTerre France.

Comme pour le 25 avril la matinée sera destinée à la présentation du projet et l’après midi ouvert au public à un parcours d’ateliers et animations.

Retrouvez le programme complet ici :

LES ATELIERS SONT OUVERTS A TOUS ET GRATUITS GRACE AU FINANCEMENT REÇU PAR CLERMONT COMMUNAUTÉ

#CIW18

 

Publié dans Actualité des projets, Actualités de l'association, La fabrique d'EquiTerre | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

APPEL A BENEVOLES : Rédaction articles pour site internet

Crédit Photo : Dreamstime.com

Tu as l’âme d’écrivain ou tu rêves de devenir journaliste? Tu as un peu de temps et cherches à t’engager dans le milieu associatif de manière bénévole? Tu cherche à ta manière à faire bouger les choses pour construire un monde meilleur?

Nous avons besoin de toi!!!

 

EquiTerre France recherche des bénévoles pour alimenter le contenu de son site internet! Si tu es intéressé(e) contacte – nous par mail en écrivant à : contact@equiterre.eu !

A bientôt!

Publié dans Appels (bénévoles, dons...) | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

[CLERMONT FERRAND] ILS PARLENT DE NOUS TSA

Suite à notre rencontre avec le Tour des Solutions Alternatives plusieurs média ont souhaité relayer notre action auprès du public, on vous souhaite une bonne lecture! 😀

LE SEMEUR HEBDO : _23022018

LA MONTAGNE 23 Février 2018

INFO MAGAZINE 23  FEVRIER 2018

Publié dans Actualité des projets, Actualités de l'association, Ils parlent de nous!, La fabrique d'EquiTerre | Marqué avec , , , , , , | Laisser un commentaire

[CLERMONT FERRAND] EquiTerre France lance les Atelier DIY 2.0

Depuis janvier 2018 EquiTerre France a lancé un nouveau cycle d’ateliers DIY à destination du public. L’objectif de ce rdv mensuel est de donner à tous des clés d’action concrètes pour agir à son niveau en faveur d’une consommation responsable. Facile à reproduire chez soit, on apprend à fabriquer des produits du quotidien écologiques et responsables. Aussi, le but des ateliers est de donner la possibilité aux participants de continuer à construire avec les bénévoles le futur lieu qui va ouvrir à Clermont Ferrand.

Samedi 24 février dernier, l’équipe d’EquiTerre Clermont-Ferrand a organisé le deuxième atelier Do It Yourself de l’année 2018. Au programme : fabrication de linimentbio et confection de lingettes lavables pour la toilette de bebe.

Après quelques échanges en début d’atelier pour mieux se connaître, les participantes ont commencé la partie pratique dans une ambiance conviviale.  Car les ateliers EquiTerre c’est une manière d’apporter des clés pour consommer et agir de manière plus responsable mais avant un moment d’échange avec les participants.

Bilan de cet atelier : échanges très enrichissants entre bénévoles et participantes, liniment écologique et lingettes fait-main et bien des astuces à reproduire chez soi.

En mars, bulles écologiques dans la cuisine

Après le savon en janvier, le liniment et les lingettes en février, nous vous proposons un atelier pour la vaisselle le samedi 24 mars prochain. Liquide pour la traditionnelle vaisselle à la main mais aussi pastilles ou poudre pour le lave-vaisselle.

Rendez-vous le samedi 24 mars à 14h au Credis, 3 rue Gaultier de Biauzat à Clermont-Ferrand.

Frais de participation : prix libre (chacun donne ce qu’il estime juste et/ou ce qu’il peut)

Si vous souhaitez vous inscrire, c’est par ici :

http://equiterre.eu/events/atelier-equiterre-diy-2-0-3-bulles-dans-la-cuisine/

 

Déborah Adoh

 

Publié dans Actualité des projets, Actualités de l'association, Environnement, La fabrique d'EquiTerre | Marqué avec , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

EquiTerre France rencontre le Tour des Solutions Alternatives (TSA)

Hier EquiTerre France a rencontré Nicolas, Joas, Nathan et Julie :  quatre jeunes étudiants en Master 1 et Licence 3 de la Business School de Toulouse et membres du Bureau du Développement Durable.  Ce groupe de jeunes, avec d’autres étudiants, se sont répartis les villes clés à sillonner lors d’un Tour de France des Solutions Alternatives (TSA) afin de valoriser des projets, initiatives et actions innovantes en matière de l’économie circulaire et du développement durable sur le territoire français.

En particulier, EquiTerre France a été sollicitée pour échanger sur le projet :  Fabrique d’EquiTerre et c’est tout naturellement que nous avons répondu présents.

Les échanges ont été riches et ont permis entre autre à EquiTerre France de pouvoir partager le projet avec les micros de plusieurs radios et plumes de journalistes venus pour l’occasion.

A présent le joyeux groupe d’étudiants bouge en direction de Bordeaux pour ensuite monter à La Rochelle en passant par Angoulême avant de passer le relais à un autre groupe de collègues. Si vous croisez le petit panda Yugy (mascotte de l’association) en quête d’alternatives responsables vous les aurez trouvés!

Pour suivre le TSA c’est par ici!

Publié dans Actualité des projets, Actualités de l'association, Ils parlent de nous!, La fabrique d'EquiTerre | Laisser un commentaire

Après une pause le projet redémarre en force!

Il s’est écoulé un moment depuis que nous vous avions donné des nouvelles sur l’avancement de notre projet d’ouverture d’un lieu de consommation responsable à Clermont Ferrand.

Depuis, de nombreuses choses sont arrivées : le premier cycle d’ateliers DIY proposé au public, le changement progressif de l’équipe de bénévoles d’EquiTerre ; l’arrivée du premier bébé EquiTerre, un nouveau logo pour le projet, de nouveaux partenariats mis en place pour mener à bien l’ouverture du lieu, un nouveau cycle d’ateliers DIY qui a redémarré en janvier 2018 et une énorme motivation pour concrétiser au plus vite le projet! Grâce à l’investissement des bénévoles aujourd’hui la partie administrative de notre projet est bouclée! Nous rentrons actuellement dans une phase active de recherche d’un local adapté à nos besoins et nous sommes en pleine période de recherche de financements pour collecter les fonds nécessaires à l’ouverture du lieu.

Deux partenaires influents de la scène associative clermontoise ont désormais rejoint le projet et nous avançons mains dans la main avec eux pour mieux concrétiser l’aboutissement de notre projet.

Pour en savoir plus guettez notre actualité ou rencontrez-nous lors de notre prochain atelier!

Affaire à suivre… 😉

Publié dans Actualité des projets, La fabrique d'EquiTerre | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

APPEL A DONS [CLERMONT FERRAND]

EquiTerre France a besoin de vous!

Pour notre projet La fabrique d’EquiTerre nous recherchons toute sorte de pots en verre avec couvercle : du plus grand au plus rikiki (d’ailleurs cela on les adore!!!). Pots de confiture, sauces, rillettes, petits pots bebe, pots à épices, mini pots à échantillon…tous peuvent contribuer à notre projet!

Au lieu de partir au centre de tri pour être recyclés (ce qui est déjà bien!) ils seront désinfectés et utilisés pour nos ateliers DIY retrouvant ainsi une nouvelle vie!

Alors envie d’agir concrètement et facilement pour la consommation responsable? A vos pots, triez, on RECUPERE !!

Publié dans Actualité des projets, Appels (bénévoles, dons...), Environnement, La fabrique d'EquiTerre | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire

La ruche qui dit Oui! Chamalières ferme ses portes (du moins pour le moment)

Après plus d’un an d’échanges et rencontres conviviales la belle aventure de la Ruche qui dit Oui! Chamalières animée par notre association se termine.

Cette décision a été votée lors de l’Assemblée Générale du 9 septembre 2017. En effet, des problèmes logistiques importants sont survenus pendant l’année 2016 : changement de domicile des responsables de ruche, turn over de bénévoles et les conditions avec le local qui nous accueillait n’étaient plus optimales ni pour les abeilles, ni pour les producteurs ainsi que pour les bénévoles depuis le changement de gestion. Il nous aurait donc fallu recommencer à zéro la recherche d’un local afin d’assurer les distributions dans les meilleures conditions.

Au vu de ses facteurs, les bénévoles d’EquiTerre France ont décidé de ne pas continuer l’aventure de la Ruche de Chamalières (du moins dans l’immédiat) afin de concentrer le peu d’effectifs disponibles sur un autre projet sur lequel nous travaillons depuis fin 2014 : l’ouverture de la Fabrique d’EquiTerre ( lieu de consommation responsable à Clermont Ferrand). Nous espérons une ouverture courant 2018 mais il reste à trouver un local et les financements nécessaires à l’ouverture.

En attenant, les ateliers DIY (faire soi-même) organisés par EquiTerre France reprendront à partir du samedi 27 janvier 2018.

Il est possible qu’EquiTerre France reprenne la gestion d’une Ruche afin de compléter l’offre du futur lieu mais ceci ne pourra se réaliser qu’après l’ouverture du lieu.

L’expérience de la ruche qui dit Oui! Chamalières a été extrêmement riche d’un point de vue humain et a beaucoup apporté à EquiTerre France et nous tenons particulièrement à remercier  à la fois les abeilles et les les producteurs responsables qui ont soutenu notre projet. Des liens importants se sont crées notamment avec ces derniers dont une partie a d’ores et déjà de poursuivre avec nous l’aventure de la Fabrique d’EquiTerre.

Pour en savoir plus, suivez-nous! 😉

Publié dans Actualité des projets, La fabrique d'EquiTerre, La ruche qui dit oui de Chamalières | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Objectif zéro déchet

Si ces dernières années, la principale préoccupation était d’augmenter la part de tri sélectif afin de préserver l’environnement, les dérives d’une surproduction de déchets, car de plus en plus recyclables, ont amené à l’apparition d’une nouvelle tendance plus exigeante. Le mouvement  zéro déchet vise à consommer en produisant le moins de détritus possibles voire aucun. Alors que la ville de Roubaix a organisé son premier festival Zéro déchet du 23 au 25 juin deniers, zoom sur ce mode de vie écologique anti gaspillage.

Zero déchets Quésaco?

Sur une planète aux ressources limitées, nos modes de production et (sur)consommation ne sont plus viables. Comme signalé par l’ONG Global Footprint Network – le réseau de l’empreinte globale, à partir d’aujourd’hui: le 2 août 2017, les humains ont consommé la totalité des ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an. Encore plus grave, l’association souligne comment le « jour du dépassement* arrive chaque année plus tôt.

A partir de là, une prise de conscience de plus en plus importante est en train de se mettre en route (notamment auprès des citoyens) et a donné vie au mouvement zéro déchet. Le fondement de cette pensée est donc de dépasser la simple notion du recyclage et d’aller plus loin afin de limiter la production même des déchets à la source. Produire moins et mieux et revaloriser les déchets existants.

 

Vous avez dit déchets ? Quels déchets ?

Descendre à la poubelle est un rituel quotidien voire une corvée quotidienne.

 

Crédit photo : http://www.sans-bpa.com

Pour les adeptes du Zéro déchet, cela est devenu un vieux souvenir.  Pour certains comme Béa Johnson, blogueuse française installée aux Etats-Unis depuis de nombreuses années, ceci n’est qu’un lointain souvenir : elle ne remplit désormais seulement qu’une poubelle par an. Ajoutons que celle-ci tient dans un petit pot en verre et que l’expatriée ne vit pas seule puisque sa petite tribu est composée de son mari et de ses deux enfants ! Alimentaire, cosmétique, loisirs sont tous au même niveau : si les produits sont emballés ou sur emballés, ils n’ont aucune chance de finir dans le panier de la famille Johnson.

Les grandes lignes du zéro déchet

Comment parvenir au zéro déchet? Voici les principes fondamentaux pour arriver à réduire sa production de déchets jusqu’à, à terme, ne plus en produire du tout :

Crédit photo : www.untrucparjour.fr

 

1) Refuser tout ce qui peut être un déchet et dont on n’a pas besoin de s’encombrer
2) Réduire au maximum nos biens et besoins matériels produisant des déchets ou pouvant en devenir
3) Réutiliser en se tournant vers l’occasion, le « deuxième main »
4) Recycler les déchets encore produits à ce stade
5) Composter (alimentaires ou textiles)

Une pollution colossale

Selon l’association Zero Waste France, chaque Français produit près de 600 kg d’ordures par an. En outre, ceux-ci sont majoritairement enfouis ou brûlés et sont donc responsables de la pollution  des sols, de l’air et de l’eau.  La situation est la même dans les autres pays développés d’Europe ou d’Amérique du Nord. Dans les territoires en développement, le constat de pollution est aussi alarmant d’autant plus que certains détritus des occidentaux y sont envoyés. C’est par exemple le cas du Ghana qui reçoit ainsi de nombreuses pièces électroniques hors-service. Dans ce climat précaire, des montagnes de déchets, destinés à  être triés puis revendus, s’accumulent. C’est notamment pour répondre à ces problèmes de pollution qu’est né le mouvement Zéro déchet.

 

Des astuces au quotidien

Réduire nos déchets, c’est avant tout changer nos habitudes.  Or, il faut avouer que ceci n’est pas facile. De la cuisine à la salle de bain, des goûter

Crédit photo: www.actionecolo.fr

d’anniversaires des enfants aux fêtes de Noël, des vacances au bureau, tout y passe. De nombreux livres, sites internet et autres blogs permettent de nous guider dans cette démarche. Sur les pas de Béa Johnson qui a publié un ouvrage et tien un blog sur le sujet, « famille presque zero déchet »  reprend avec humour le parcours du citoyen lambda qui souhaite se lancer dans la démarche Zéro déchét en commençant son ouvrage par : » Nous qui pensions être bon... ». Sur les réseaux sociaux également, l’on assiste à une multiplication des groupes sur le sujet.

Courses en vrac, lingettes démaquillantes lavables, couches lavables, produits d’hygiène et d’entretien écologiques fait maison…ce ne sont que quelques exemples des actions qui peuvent être simplement être mis en place. Le mouvement est en marche et se répand rapidement car il est accessible à tous!

EquiTerre France engagée dans la démarche de Zéro déchet

 

EquiTerre France est depuis longtemps fortement impliquée dans le zéro déchet. A travers les projets Savons la planète! , La fabrique d’EquiTerre et les ateliers Do It Yourself,  par exemple nous essayons d’aapporter aux participants quelques clés concrètes et faciles à mettre en place au quotidien afin de réduire les déchets. La revalorisation des déchets occupe également une place importante dans nos projet car ce qui est considéré un déchet par quelqu’un peut s’avérer une ressource pour quelqu’un d’autre c’est pour nous notamment le cas de l’huile alimentaire usagée qui peut être transformée en lessivé écologique,  les contenants en verre récupérés qui peuvent être utilisés comme flacons pour les cosmétiques maison… Nous disposons de bien d’autres idées pour vous aider à réduire vos déchets et vous pourrez les découvrir durant nos ateliers, dans d’autres articles ou au sein de notre futur lieu La fabrique d’EquiTerre .

Le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas!  Et nous pouvons tous contribuer à moins en produire, alors accepterez-vous le défis Zéro déchet?

 

*De l’anglais : « Earth overshoot day” est le jour calculé par l’association où les ressources naturelles consommées par l’homme dépassent leur capacité de renouvellement en un an (source : consoglobe).

 

Déborah Adoh et Elisa D’Anna

Publié dans Actualité des projets, Actualités de la consommation responsable, Environnement, Gaspillage Alimentaire, La fabrique d'EquiTerre, Savons la planète! | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Le WWOOFing Quésaco?

Peut être que votre cousine vous en a parlé, ou que vous avez lu cet acronyme dans nos pages « Voyager Autrement »… Le WWOOFing, c’est quoi au juste?

WWOOF est un acronyme anglophone qui signifie « World Wide Opportunities on Organic Farms ». Du volontariat dans des fermes biologiques partout dans le monde, donc. Une belle façon de voyager autrement, en soutenant une agriculture respectueuse de l’environnement, en limitant son impact écologique et social, en apprenant sur des modes de vie durables et en faisant de très belles rencontres !

Concrètement, le WWOOFing mets en relation des fermes biologiques qui souhaitent accueillir des volontaires, et des personnes qui veulent vivre une expérience dans une ferme. L’idée au cœur même du WWOOF est celle du partage autour d’un mode de vie durable, partage d’une vie commune, de tâches, de compétences, de savoirs…Chacun a des choses à apprendre de l’autre !

Un peu d’histoire…

Le WWOOF a été créé au Royaume-Uni en 1971, quand Sue Coppex propose à ses amis londoniens de prendre le vert en aidant une ferme bio-dynamique dans le Sussex. Les « Working Weekends on Organic Farms » étaient nés ! Mais rapidement, les WWOOFeurs ont souhaité rester plus qu’un weekend chez leurs hôtes, et l’acronyme a par la suite été changé !

Ça marche comment ?

Le WWOOF est un réseau d’associations nationales ou régionales, qui sont les interfaces entre les fermes et les volontaires. Chaque association recense les fermes hôtes, et les volontaires peuvent, après avoir adhéré à l’association correspondante, accéder aux coordonnées des fermes. Les arrangements relatifs au séjour se font ensuite entre les hôtes et les volontaires. Actuellement, 63 pays répartis sur les 5 continents ont leur propre association, et de nombreux autres pays comptent des fermes hôtes. Par exemple, en Afrique, 10 pays ont leur association nationale de WWOOFing, mais des séjours sont possibles dans 26 autres pays, via le site « WOOF in Africa ».

Qui sont les fermes hôtes ?

Les fermes inscrites pour accueillir des WWOOFeurs sont très variées, et ont pour seul point commun de pratiquer une agriculture biologique ou raisonnée, qu’elle soit certifiée ou non. On trouve de grandes fermes commerciales et de toutes petites fermes familiales, des maraîchers, des apiculteurs, et des éleveurs, des fermes qui transforment leurs produits, des végétariennes ou véganes, des fermes qui accueillent du public via des chambres d’hôtes ou des activités pédagogiques, des fermes gérées par une communauté de plusieurs familles ou simplement tenues par deux personnes… Il y en a pour tous les goûts ! Les tâches attribuées aux WWOOFeurs sont elles aussi très variables, mais doivent, en principe, être reliées au mode de vie durable que promeut cette ferme : soin des plantes et des animaux, mais aussi animation d’ateliers, vente sur les marchés, travaux de construction… La liste est infinie ! C’est l’occasion de développer de nouvelles compétences, d’acquérir des gestes pour rendre votre quotidien plus durable également !

Et les WWOOFeurs ?

Là aussi, c’est très varié. On peut WWOOFer seul, en couple, ou même avec des

enfants (dans certaines fermes). On peut WWOOFer pour un weekend ou pour plusieurs années. On peut WWOOFer si on a 20 ou 70 ans. On peut WOOFer même si on a aucune expérience agricole (on est là pour apprendre !) et même si on n’a pas une condition physique surhumaine (il y a des toujours des tâches à accomplir dans la maison ou qui demandent moins de force).

Je veux faire du WWOOFing, que dois-je faire?

Il faut d’abord choisir le ou les pays où vous souhaitez faire du WWOOFing, et devenir membre des associations correspondantes. Vous aurez ensuite accès à l’annuaire des fermes, souvent avec un moteur de recherche qui permet de faire une sélection selon certains critères (période de visite, région, régime alimentaire, langues parlées…). Ensuite, c’est à vous de contacter les fermes ! Les conditions de logement, le temps de travail quotidien et de nombreuses autres choses sont à déterminer entre les hôtes et les volontaires, selon les possibilités et les habitudes de chacun !

J’ai fait du WWOOFing en Allemagne, un pays qui m’attirait et qui avait l’avantage d’être proche de la France. J’ai donc toujours pu relier les fermes où j’ai séjourné en bus et en train !

J’ai eu une expérience moins concluante, où la famille n’avait que peu d’activité agricole car elle venait de déménager, et où l’aide espérée concernait notamment les enfants et la maison… S’il est bien sûr normal de contribuer aux tâches ménagères, un WWOOFeur n’est pas un jeune homme ou une jeune fille au pair ! J’en ai discuté avec la famille, en rappelant que j’étais là pour apprendre sur le mode de vie durable, et j’ai ensuite passé plus de temps à faire des murs en torchis. Je suis très contente d’avoir appris à faire ça !

Dans une autre ferme, ça a été un vrai coup de cœur. Je devais rester un mois, je suis finalement partie au bout de deux, car la famille pouvait m’accueillir plus longtemps. J’ai appris à soigner des chèvres à l’homéopathie, à planter selon les règles de la permaculture, à faire des conserves de betteraves pour l’hiver… J’ai aussi travaillé des morceaux aux pianos avec une des adolescentes de la famille ! Je garde des souvenirs très précieux de promenades dans la forêt, de fous rires partagés autour du vin fait maison, de discussions interminables à refaire le monde… Plus durable, forcément !

J’ai ainsi passé quatre mois extrêmement dépaysants, à soutenir un modèle social, économique et écologique qui correspond à mes valeurs, tout en apprenant des tas de choses passionnantes… Et vous, à quand le WWOOFing ?

Pour plus d’informations

– le site du WWOOF en France http://www.wwoof.fr/

– le site du WWOOF international http://wwoofinternational.org/

Carlotta Denis

Publié dans Tourisme Responsable | Marqué avec , , | Laisser un commentaire