La quinzaine du commerce équitable : une chance pour tous

Depuis 2001 la quinzaine du commerce équitable est devenu un rdv annuel incontournable.  Cette année elle aura lieu du 12 au 27 mai 2018. Cet événement de portée national a pour objectif de sensibiliser le public aux enjeux de la solidarité internationale et de la consommation responsable. Cette année l’accent est mis sur l’égalité homme-femme avec le thème : « un prix juste pour tous… et toutes ».

Pendant deux semaines de nombreux acteurs du commerce équitable vont proposer des animations et événements afin d’apporter au grand public des alternatives responsable et solidaires quant aux choix de consommation, afin de construire un avenir plus respectueux et un monde plus juste à laisser à nos enfants.

Le commerce équitable, c’est quoi?

L’article 94 de la loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire donne une définition du commerce équitable :

« Le commerce équitable a pour objet d’assurer le progrès économique et social des travailleurs en situation de désavantage économique du fait de leur précarité, de leur rémunération et de leur qualification, organisés au sein de structures à la gouvernance démocratique, au moyen de relations commerciales avec un acheteur, qui satisfont aux conditions suivantes :

  • Un engagement entre les parties au contrat sur une durée permettant de limiter l’impact des aléas économiques subis par ces travailleurs, qui ne peut être inférieure à trois ans.
  • Le paiement par l’acheteur d’un prix rémunérateur pour les travailleurs, établi sur la base d’une identification des coûts de production et d’une négociation équilibrée entre les parties au contrat.
  • L’octroi par l’acheteur d’un montant supplémentaire obligatoire destiné aux projets collectifs, en complément du prix d’achat ou intégré dans le prix, visant à renforcer les capacités et l’autonomisation des travailleurs et de leur organisation.
  • Chaque entreprise intervenant dans ces filières est en mesure de produire des informations relatives à la traçabilité des produits.Les entreprises faisant publiquement état de leur appartenance au commerce équitable participent à des actions de sensibilisation et d’éducation à des modes de production et de consommation socialement et écologiquement durables. »

Crédit photo Alterethic

Le commerce équitable vise à mettre en place un modèle économique plus juste qui puisse réduire les inégalités engendrés par le commerce conventionnel en garantissant une juste rémunération au producteur pour le travail effectué. Au delà de l’aspect économique du revenu du producteur, le commerce équitable vise également à introduire une démarche de  démocratie participative en impliquant les producteurs dans le processus décisionnel de l’entreprise ainsi qu’à introduire une notion de développement durable dans le mode de production.

Le commerce équitable comment ?

Le commerce équitable est apparu au milieu des années 40 aux Etats Unis avec l’apparition d’associations qui mettent en place des actions commerciales directement avec les producteurs pauvres issus de pays du Sud.

Le mouvement arrive ensuite en Europe dans les années 50 avec des associations comme OXFAM.

Un véritable tournant a lieu en 1964 avec la première reconnaissance internationale de ce que deviendra par la suite le  “commerce équitable” lors de la Conférences des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED). C’est là que le célèbre slogan “Trade, not Aid” (“Du commerce, pas de l’aide”) sera forgé et par la suite repris par des associations pour expliquer leur vision qui vise à rompre avec la logique d’assistance et de coopération classique (cit Artisans du Monde).

Naissent par la suite des grandes associations comme Artisans du Monde qui devient par la suite une des références du commerce équitable en France.  Pendant les années 80 le mouvement de développent et naissent les premères « centrales d’achat » comme Solidar’Monde.

En 1988, naît e premier  label de commerce équitable avec la création de l’association Max Havelaar. Le commerce équitable se structure et en 1989 naît une organisation mondiale du commerce équitable la WFTO (World Fair Trade Organisation).

Pendant les années 90, le commerce équitable se developpe et se vulgarise à travers des systèmes de distribution spécialisés (boutiques associatives, magasins bio…) : certains produits équitables font leur apparition au sein des grandes surfaces.

Aujourd’hui, les produits du commerce équitable sont accessibles très facilement au grand public car ils sont présents dans la grande majorité des circuits de distribution.

De plus, bien qu’originairement née pour soutenir les producteurs des pays du sud (commerce équitable Nord-Sud), une nouvelle dimension du commerce équitable apparaît : le commerce équitable Nord-Nord. En effet, suite aux nombreuses crises financières internationales, des mouvements de soutiens aux petits producteurs des pays du Nord, eux aussi touchés par les inégalités engendrés par les mécanismes du commerce international conventionnel, apparaissent. On assiste ainsi à une grande vague de soutient aux produits et producteurs locaux tant de la part des associations que de la part des institutions publiques afin de soutenir l’économie nationale des pays du nord.

Néanmoins, il demeure une certaine confusion sur la notion de commerce équitable et une réelle difficulté d’accès à ce type de produits qui sont en moyenne plus chers que les produits conventionnels.

Le commerce équitable pourquoi?

  • Soutiens aux petits producteurs et égalité homme-femme

Acheter des produits issus du commerce équitable contribue à remettre l’humain au cœur des échanges en permettant aux petits producteurs de sortir de la pauvreté et de faire face au système du commerce conventionnel. Il permet également de soutenir le travail des femmes souvent à la tête de projets entrepreneuriaux qui leur permet une réelle émancipation.  Enfin, une partie de la richesse étant souvent reversé à la communauté, le commerce équitable permet également de soutenir un processus vertueux d’émancipation et de possibilité d’accès à l’éducation des enfants de ces communautés.

  • Création d’emplois

Le commerce équitable a contribué et continue de travailler afin d’arriver à un réel changement de mentalité quant à la notion d’aide au développement apporté aux pays du Sud. Ceci afin de permettre une réelle émancipation des populations, en dépassant la notion d’assistanat, en leur permettant de devenir acteurs de leur développement via une activité rémunérée et à laquelle ils participent activement à tous les niveaux.

  • Freiner l’exode rural

Grace à la création d’emploi local et son soutien, ainsi qu’au développement de conditions sociales favorables, le commerce équitable va permettre de freiner l’exode rural et favoriser un développement local plus global.

  • Préservation des ressources naturelles et la biodiversité

Le commerce équitable et les organisations qui le supportent visent à favoriser l’utilisation de méthodes de production écologiques et durables à travers par exemple un soutien financier aux coopératives et aux paysans qui se convertissent au bio.

Le commerce équitable, comment s’y retrouver?

Le commerce équitable, qui est née avec les produits alimentaires touche aujourd’hui de nombreuses autres sphères comme l’artisanat, le textile, la cosmétique et le tourisme.

Ainsi, pour se donner un cadre et permettre au consommateur de se repérer les acteurs du commerce équitable ont mis en place des labels. Ces derniers (comme pour tous les labels) ont des cahiers des charges précis et certains sont plus strictes que d’autres.

 

Vous pouvez télécharger ici le mini guide des labels du commerce équitable.

Retrouvez les événements organisés près de chez vous lors de la quinzaine du commerce équitable 2018 en cliquant ici!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :