La Fourch’ette voyageuse au Japon!

Après la Thaïlande, c’est au Japon que Romain et Anaëlle posent leur sac à dos.

Ils sont d’abord hébergés par Makiko dans un appartement traditionnel et découvrent les habitudes culinaires japonaises. Ramens, tempura, donburi, sushis… Les plats à goûter ne manquent pas ! Les deux voyageurs quittent ensuite Tokyo pour le Mont Fuji, où ils sont accueillis dans un café, nourris et logés en échange de leur main d’œuvre dans le jardin biologique et dans le commerce. Après quelques jours à cuisiner et à récolter et planter dans le jardin, direction Osaka et la découverte de la cuisine populaire et familiale avec des fritures et des boulettes.

Japon 1

Il y rejoignent Tetsu et Miya, qui souhaitent quitter leur mode de vie urbain pour créer un jardin, construire leur maison et accueillir les voyageurs… Un beau projet qui permettra à d’autres de voyager autrement !

Kyoto, le couple s’ouvre à la culture de la poudre de thé vert japonais, le maccha, et à diverses douceurs sucrées. Lors de la visite de distilleries et brasseries, Anaëlle et Romain découvrent le processus de fabrication du whisky puis du saké, l’alcool de riz traditionnel japonais.

A Kobe, les voyageurs ne peuvent rencontrer des éleveurs bovins selon leur souhait, car les agriculteurs refusent les visites, à la fois pour des raisons sanitaires et pour éviter le stress à leurs animaux qui fournissent la si célèbre viande. Les derniers jours du séjour sont consacrés à la découverte de l’agriculture, sous la direction d’une doctorante française étudiant l’agro-écologie japonaise.

M. Kaneko, un des agriculteurs visités qui est issu d’une famille de paysans depuis plus de 300 ans, fait partie du « Mouvement de la Terre », et se donne pour objectif de produire des aliments sains qui respectent l’environnement. Sorti du système monétaire, M. Kaneko est rétribué pour ses légumes par des dons d’objets ou de l’aide dans sa ferme. Désirant transmettre son modèle, il accueille des stagiaires et rédige des ouvrages techniques. Sa femme participe également à la promotion de l’agro-écologie en cuisinant les légumes de la ferme dans un restaurant. La ferme est également un lieu d’innovations, notamment énergétiques, et M. Kaneko s’emploie à préserver la biodiversité en cultivant plus de 100 espèces de fruits et légumes différents sur seulement 2 hectares.

L’initiative de M. Kaneko se résume de la manière suivante : «  Le producteur protège la vie du consommateur. Le consommateur assure en retour la vie quotidienne du producteur (en d’autres termes son revenu). »

Japon 2Enfin, les globe-trotteurs rencontrent M. Katayanagi, qui cultive en milieu urbain et privilégie le lien avec ses consommateurs. Sur un modèle proche des AMAP françaises, il distribue des paniers à 80 familles qui l’aident dans le tri et le nettoyage des légumes. Une production à la fois agricole et sociale, qui permet de nouer des liens entre les consommateurs et avec le producteur. C’est sur cette rencontre positive et enrichissante qu’Anaëlle et Romain quittent le Japon, en route pour la Nouvelle Zélande et ses élevages ovins !

Carlotta Denis

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :